Présentée en marge du concours d’élégance de Pebble Beach, la Bugatti Divo arrive (enfin revient) en Europe à l’occasion du Mondial de l’Auto de Paris 2018. La nouvelle venue de Molsheim s’expose depuis le 3 octobre (et non le 2) sur le sol parisien, avec son arsenal d’ailerons et d’éléments aérodynamiques. Elle ferait presque passer la Chiron qui se trouve à côté pour gentillette.

Bugatti Divo

Bugatti Divo : l’agilité avant la vitesse

1500 ch, 0 à 100 en 2,4 secondes, 380 km/h, Plus de 5 millions d’euros, les chiffres font tourner la tête du premier conducteur venu. Là où la Chiron se veut luxueuse et rapide, la Divo se veut sportive et efficace (mais aussi luxueuse et rapide, ne vous inquiétez pas). En effet, la priorité a été mise sur la vitesse en courbe et le vrai pilotage, plus que sur la vitesse pure et le confort. 35 kg on été gagnés (soit 1.75 %) grâce à de nouvelles jantes en alliage léger, la suppression de quelques isolants ou encore l’utilisation d’un carter de refroidissement en carbone. Pour augmenter la vitesse de passage en courbe, la Divo a vu ses trains roulants revus, ainsi que son aérodynamisme.

Bugatti Divo

Le style est plus agressif, usant d’ailerons et de panneaux de carrosserie redirigeant le flux d’air. La face avant, béante, accueille la traditionnelle calandre en fer à cheval ainsi que deux prises d’air. Les flancs perdent le grand C de la Chiron et l’arrière se voit subtilement modifié pour accueillir de nouveaux éléments d’aéro. L’aileron pivotant est toujours de la partie et parait gigantesque. Une immense dérive coupe le compartiment moteur en deux, non sans rappeler les dérives de Formule 1 ou de LMP1.

Chaque détail semble accentuer l’agressivité de la voiture. En effet, phares, rétroviseurs, ailettes, ailerons, prises d’air, sorties d’air, feux, absolument tout semble avoir été étudié pour améliorer l’agilité de la voiture.

Bugatti Divo en image :

Laisser un commentaire