On n’a pas tous les jours 20 ans chantait Berthe Sylva ! Mais, dans le cas du Mondial de l’Auto, il faudrait plutôt dire “on n’a pas tous les jours 120 ans” ! Et pour le rappeler, à quelques jours de l’édition 2018 du salon parisien, était organisée dimanche 30 septembre une grande parade à travers la capitale. Nous étions au cœur du cortège, alors on vous fait revivre l’événement !

Retrouvailles avec la Concorde

C’est en réalité il y a plus de 120 ans. 120 ans et 108 jours exactement, que le tout premier salon automobile ouvrait ses portes. Nous étions alors le 13 juin 1898 dans les Jardins des Tuileries. Cette année, avant la Parade, une vaste exposition se tenait sur la Place de la Concorde.

La vaste place, d’ordinaire entièrement dédiée au trafic, était ce matin-là exceptionnellement fermée à la circulation. Bien protégées, 230 voitures étaient réunies, certaines statiques, d’autres trépignant pour partir se balader. Nombreuses étaient les marques représentées.


Parmi les plus importants plateaux, ceux de Renault et Citroën, dont les divisions Classic et Héritage avaient amené une partie de leurs collections et rassemblé leurs clubs. D’autres marques n’étaient pas en reste, notamment Bugatti, Land Rover, ou encore Peugeot dont quelques exemplaires ont circulé.

Parmi les Renault, les connaisseurs auront reconnu les études de style Scénic et Laguna.

De 10 à 13 h, nombreux ont été les badauds et les curieux à s’arrêter à la Concorde pour admirer et immortaliser les carrosseries. Sous un soleil au beau fixe, on ne pouvait espérer meilleures conditions.

Puis, en début d’après-midi, les voitures se sont mises en formation pour le départ.

Une petite “Traversée de Paris”

Saluées par la foule, ces voitures de toutes les époques traversent alors la Seine.

Les protagonistes vont des années 1890 pour une Decauville au tout-dernier Citroën C5 Aircross dans lequel nous avons pris place. Une fois passé le pont de la Concorde, nous empruntons le Quai d’Orsay avant d’obliquer vers le boulevard des Invalides.

Un rapide salut à la Tour Eiffel et c’est déjà l’heure de revenir à la Concorde. L’heure est alors au déménagement.

Une logistique sans faille

Eh oui, ancêtres comme concepts-cars ne sont pas venus par la route. Des camions de transport les attendent, et dans un ballet organisé, chacune est rangée avant d’être transportée vers son lieu de résidence.

La Cité de l’Automobile pour certaines, les réserves de Flins pour Renault Classic, ou encore le Conservatoire Citroën pour les plus chevronnées de la journée.

Nous jetons une dernier regard à des silhouettes rarement vues à Paris, telles les études Laguna, Scénic ou le dernier Symbioz demo car, ou encore la Type A de 1898 pour Renault. Côté Citroën, l’on s’arrête devant le Xsara Picasso qui ne “veut pas travailler” ou devant la très rare Torpedo 1919 Type A. On retrouve même la New Axa restaurée dans Vintage Mecanic…

La fête est finie, pour cette fois, mais elle reprend Porte de Versailles à partir du jeudi 4 octobre. Et qui sait, cette parade, aux accents de celle des 100 ans de l’automobile organisée en 1998 avec une descente des Champs-Elysées, sera-t-elle de retour en 2020 ?

Photos : François M. – The Automobilist

Laisser un commentaire