Qui a dit que les voitures du futur devaient être aseptisées ? Que l’électrique était sans charme ? Que la conduite autonome était sans audace ? Face à ces craintes, Peugeot dégaine sa dernière étude de style : l’e-Legend concept.

L’héritage comme inspiration

Il y a dans cette étude Peugeot e-Legend concept un goût familier. Et pour cause : bien qu’elle ait été imaginée au XXIe siècle, elle puise ses origines dans la Peugeot 504 coupé, né en 1969. Près de 50 ans plus tard, ses lignes sont réinterprétées pour donner corps à la vision du futur de Peugeot. Loin d’être du rétro-design, les stylistes du Lion ont semble-t-il voulu garder l’essence du coupé signé Pininfarina, de ses proportions jusqu’à ses détails, pour en réaliser une version totalement contemporaine.

Au programme donc, une silhouette qui ondule latéralement comme son aînée sur une longueur de 4,65 m, s’étend sur une largeur de 1,93 m et se déploie sur une hauteur de 1,37 m. Les porte-à-faux sont courts pour plus de sportivité, et l’empattement s’allonge à 2,69 m. Certes, c’est plus grand qu’une « véritable » 504 coupé (4,36 m x 1,69 m x 1,46 m – Lxlxh). Mais malgré tout, accompagnée de jantes de « seulement » 19 pouces, c’est une taille mesurée pour un concept-car qui ne s’offre pas de démesure à la façon d’une 908 RC par exemple.

L’avenir comme vision

Il faut dire que contrairement à cette dernière, l’e-Legend concept n’embarque pas le volumineux V12 HDi de compétition mais une chaîne de traction 100 % électrique. Sa motorisation développe 340 kW répartis aux 4 roues motrices. Les accélérations sont quasi fulgurantes : moins de 4 secondes de 0 à 100 km/h, 800 Nm de couple et une vitesse maxi de 220 km/h ! L’autonome est de 600 km (WLTP) : les batteries totalisent 100 kWh de capacité et se rechargent à 80 % (500 km) en 25 minutes sur borne rapide.

L’autre modernité de l’e-Legend concept est sa conduite autonome. Deux modes sont proposés : Soft, pour une conduite douce entièrement déléguée avec un affichage minimal des informations de conduite ; et Sharp pour une conduite plus sportive et une connectivité totale à internet. L’écran central incurvé totalise 49 pouces de diagonale, libéré du volant puisque celui-ci disparaît sous la barre Focal de Hi-fi en conduite déléguée. Lors de cette dernière, pour plus de confort, les sièges s’inclinent, des accoudoirs dans les portières se déploient, et des zones de recharge par induction deviennent accessibles.

Conduire ou ne pas conduire ?

Telle est la question que pose Peugeot car même en mode autonome, le conducteur ou la conductrice n’est jamais loin. Même volant disparu, les commandes principales demeurent accessibles via une manette dite rotary depuis la console centrale, intégrée au siège conducteur. Les pare-soleils deviennent également des écrans de 12 pouces pour une projection plus restreinte.

Pour autant, avec la société SoundHound, Peugeot a imaginé un assistant personnel à commande vocal pour que, par la voix, le conducteur change son mode de conduite, ou adapte la voiture (changer la musique, ouvrir une porte…). Pour vous répondre, le système prend la voix digitalisée de Gilles Vidal, le directeur du style, en 17 langues ! Un tel système est promis par Peugeot d’ici 2 ans dans les voitures de série.

De plus, deux modes de conduite manuelle avec volant compact et i-Cockpit sont proposés aussi : Legend, pour une conduite à l’esprit « classique » où les compteurs prennent le style de ceux de la 504 coupé et où les écrans (16 au total dans l’habitacle) imitent le grainage du bois ; ou Boost, pour une conduite dynamique avec une totale immersion du conducteur, car l’écran central projette alors la route filmée depuis le pare-chocs ! Les modes de conduite se changent depuis des toggle switches installés à la gauche du volant.

Un design qui marie les époques

Malgré son allure classique, le design de l’e-Legend concept est particulièrement moderne. Les griffes désormais symboles de l’identité lumineuse des Peugeot illuminent les projecteurs à l’avant ainsi que les feux. Il est à rappeler que c’est d’ailleurs la 504 coupé qui, la première, inaugura ces trois faisceaux parallèles qui signent aujourd’hui toutes les lionnes.

Si les pare-chocs semblent équipes de « barres » comme les anciens boucliers des années 1970, ceux-ci sont ici traités avec une poutre en aluminium noir qui protège les dispositifs d’aides à la conduite. Le logo de la Marque est inédit et repris du Lion du coupé 504 : il est rétro-éclairé pour un plus grand effet « techno ». Sur l’ensemble de la voiture, les détails en aluminium brossé ou noir sont réalisés avec des ballets de lignes striées : jantes, bas de caisse, ligne de 3e feu stop, ce motif, inauguré par l’étude Quartz, est présent sur toute la voiture !

Les surfaces vitrées sont en verre, chose rare pour un concept-car, et conservent l’esprit de la 504 : même taille, et surtout même répartition avec un fenestron avant intégré à l’ensemble pour donner l’illusion d’un pare-brise tridimensionnel. Un écran d’accueil vient rejoindre le montant C à l’endroit où naguère Pininfarina avait installé un médaillon de plastique noir. La teinte choisie pour la voiture, champagne, propose plusieurs effets selon la lumière qui l’éclairent, allant d’un aspect bronze poli jusqu’à chromée avec des reflets.

Effets de contrastes

Si à l’extérieur, ancien et moderne s’oppose, le contraste est encore plus saisissant à bord. Où les matériaux nobles du passé que sont le bois et le velours règnent en maîtres autour des écrans. Du bois de paldao, signé Hervet, qui recouvre jusqu’aux montants de toit et toute le rang 2, alors que le velours lui tapisse du sol jusqu’aux sièges l’habitacle pour lui donner un côté chaleureux.

Inattendu pour un concept-car, ce velours forme un système de lignes partant du plancher jusqu’aux appuie-têtes. L’effet est original, se double d’une teinte bleu turquoise terriblement années 60/70, et réalisé avec un mélange de velours de soie et de maille technique.

L’ensemble s’accompagne de deux fragrances signées Ex-Nihilo qui sont diffusées à bord, ainsi que d’une spatialisation du son toujours plus poussée. Signé de nouveau Focal, le système préfigure le futur de la sonorisation des habitacles avec 2 fonctions inédites qui permettent d’individualiser les flux sonores : mapping pour transmettre des messages de navigation au seul conducteur ; et zoning pour placer chaque passager dans sa propre bulle musicale sans conflit de sons.

A découvrir au Mondial de Paris 2018

Cette étude de style, qui devrait plaire autant aux nostalgiques qu’aux fans de nouvelles technologies, sera présentée au public au Mondial de Paris 2018 en octobre. Et si aucune production en série ne semble prévue, n’hésitez pas à manifester votre enthousiasme : sans lui, d’autres Peugeot (206 CC, RCZ…) n’auraient jamais vu le jour en production. Alors, qui sait !

Galerie complète – Peugeot e-Legend concept

Le Peugeot e-Legend concept sur The Automobilists !

Laisser un commentaire